L'actualité

Actualités fin mars 2020

 

Actualités fin mars 2020

Tout le champ des actualités est dominé par les informations relatives à la pandémie virale liée au coronavirus : scientifiques, sanitaires, médicales, sociétales, politiques, économiques….

Experts en tous genres se succèdent à la télévision, à la radio, dans les quotidiens, sur le réseau web….

Alors que peuvent apporter de nouveau ces Actualités ?

-Quelques informations qui n’auraient pas pu passer les barrières de l’intérêt actuel ?

-Quelques informations sur les comportements nouveaux au niveau des populations concernées ?

 

 

  • La pandémie actuelle était-elle prévisible ?

Questionnement que l’on pourrait formuler d’une autre manière : « De la consommation de viande de civette à une pandémie virale. »

Un article de 2007 laissait prévoir la survenue de cette pandémie.

 

« Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus as an Agent of Emerging and Reemerging Infection »

Vincent C. C. Cheng, Susanna K. P. Lau, Patrick C. Y. Woo, and Kwok Yung Yuen*

Clinical Microbiology Reviews. 2007 Oct ; 20(4) : 660–6(American Society for Microbiology).

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2176051/

 

L’intérêt de cette information justifie la publication intégrale de la traduction de l’abstract.

Avant l’émergence du coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) (SRAS-CoV) en 2003, seuls 12 autres coronavirus animaux ou humains étaient connus. La découverte de ce virus a été rapidement suivie de la découverte du SARS-CoV de civette et de chauve-souris et des coronavirus humains NL63 et HKU1. La surveillance des coronavirus dans de nombreuses espèces animales a porté le nombre sur la liste des coronavirus à au moins 36. La nature explosive de la première épidémie de SRAS, la mortalité élevée, sa réapparition transitoire un an plus tard et les perturbations économiques ont conduit à une précipitation de la recherche des aspects épidémiologiques, cliniques, pathologiques, immunologiques, virologiques et autres aspects scientifiques de base du virus et de la maladie. Cette recherche a donné lieu à plus de 4 000 publications, dont seulement certains des travaux les plus représentatifs ont pu être examinés dans cet article. L’augmentation marquée de la compréhension du virus et de la maladie en si peu de temps a permis le développement de tests de diagnostic, de modèles animaux, d’antiviraux, de vaccins et de mesures épidémiologiques et de contrôle des infections, qui pourraient s’avérer utiles dans les essais de contrôle randomisés si Le SRAS devrait revenir. Les résultats selon lesquels les chauves-souris en fer à cheval sont le réservoir naturel du virus du SRAS-CoV et que les civettes sont l’hôte de l’amplification soulignent l’importance de la faune et de la biosécurité dans les fermes et les marchés humides, qui peuvent servir de source et de centres d’amplification pour les infections émergentes.

Les coronavirus sont bien connus pour subir une recombinaison génétique (375), ce qui peut conduire à de nouveaux génotypes et à de nouvelles épidémies. La présence d’un grand réservoir de virus de type SARS-CoV dans les chauves-souris en fer à cheval, ainsi que la culture de manger des mammifères exotiques dans le sud de la Chine, est une bombe à retardement. Il ne faut pas ignorer la possibilité de réapparition du SRAS et d’autres nouveaux virus provenant d’animaux ou de laboratoires et, par conséquent, le besoin de préparation.

 

 

  • Coronavirus, son âge ?

Le virus pourrait être passé de l’animal à l’homme bien avant la première détection à Wuhan, selon les recherches d’une équipe internationale de scientifiques. Le virus a pu se répandre durant 10 ans avant d’entraîner des flambées épidémiques

Étude publiée le 17 mars dans la revue scientifique Nature Medicine.

https://www.medisite.fr/coronavirus-le-coronavirus-a-pu-se-propager-parmi-les-humains-depuis-plus-de-dix-ans.5562268.806703.html?xtor=EPR-55-%5BMedisite_Alerte_Infos%5D-20200330-%5BtestA%5D&tgu=56DbwZ

« The proximal origin of SARS-CoV-2 »

Kristian G. Andersen, Andrew Rambaut, W. Ian Lipkin, Edward C. Holmes & Robert F. Garry

Nature Medicine (2020)C

https://www.nature.com/articles/s41591-020-0820-9

 

  • Les animaux de compagnie sont-ils susceptibles d’être des transmetteurs ?

Depuis qu’un chien a été testé faiblement positif au COVID-19, la panique s’est emparée des propriétaires d’animaux de compagnie alors qu’il n’y a, pour le moment, aucune preuve qu’une contamination animale est une réalité.

Alors que les refuges sont plein à craquer en Chine où les abandons se multiplient à grande vitesse, des vétérinaires de Sydney ont révélé recevoir de plus en plus de demandes d’euthanasie pour leurs animaux de compagnie, comme une simple mesure de sécurité.

 

Non, les animaux de compagnie ne peuvent pas transmettre le coronavirus à l’homme. Cette information a pourtant beaucoup circulé et la SPA (Société protectrice des animaux) craint aujourd’hui une vague d’abandons.

 

D’’après les médias locaux, plusieurs animaux de compagnie (chiens et chats) auraient été trouvés sans vie dans les rues de différentes villes. Ces derniers ont tout simplement été jetés depuis des immeubles, par crainte de contamination.

 

Selon des informations parues dans le Daily Mail, un village du Hebei, à neuf heures de route de Wuhan, a exhorté les familles à tuer leurs animaux de compagnie dans les cinq jours. Même avertissement au Shaanxi, où il était question de « les éliminer immédiatement », sinon, les autorités locales les captureraient et les tueraient.

https://wamiz.com/chiens/actu/coronavirus-demandes-euthanasie-chiens-chats-multiplient-17174

https://actu.fr/societe/coronavirus/coronavirus-spa-craint-multiplication-abandons-malgre-labsence-risque_32298362.html

https://wamiz.com/chiens/actu/panique-coronavirus-chiens-chats-jetes-immeubles-16938.html

 

  • Réseaux sociaux et rumeurs » infectieuses »

France

En début de semaine, une simple phrase mal comprise a déclenché un vent de panique dans une commune du Morbihan… Lundi 2 mars 2020, dans la matinée, un patient sort de chez le médecin à S. (Morbihan), près de V. et appelle sa fille. Au cours de la conversation, il fait une boutade à propos du coronavirus, et tout s’enclenche. Celle-ci vivant à Paris a mal compris et publie, sur un réseau social, qu’une personne est infectée par le coronavirus, et nomme le médecin.

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/morbihan-une-boutade-cree-une-fausse-alerte-au-coronavirus-sarzeau-6766289

 

Sénégal

Des personnes qui sortent brusquement d’un bus, des pompiers au chevet de femmes allongées ou qui toussent sur le tarmac d’un aéroport… Une vidéo montrant des scènes de panique avec une légende ambiguë « Urgent-coronavirus » publiée sur Facebook par un internaute, a semé le doute parmi les internautes. La vidéo de 30 secondes a été vue plus de 80 000 fois en 48 heures.

https://observers.france24.com/fr/20200309-coronavirus-scene-panique-aeroport-dakar-intox

 

  • Pandémie virale et cybercriminalité

Des hackers ont caché un dangereux malware dans une carte qui affiche l’état de l’épidémie du coronavirus à travers le monde. Ce virus peut récupérer des données personnelles puis ouvrir la porte à d’autres logiciels malveillants.

https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/cybersecurite-attention-coronavirus-peut-aussi-cacher-dangereux-virus-informatique-79998/#xtor=EPR-57-[ALERTE]-20200312

 

  • Pandémie, confinement et histoire en Russie il y a un siècle

Par le passé, les Russes ne comprenaient pas pourquoi la quarantaine était vitale pendant les épidémies de masse, et se sont souvent révoltés violemment, ne faisant qu’aggraver la situation.

Pour illustrer ces faits l’article rappelle plusieurs épisodes épidémiques : en 1771, la peste à Moscou, le choléra en 1830, avec les émeutes à Saint Pétersbourg, Sébastopol…

https://fr.rbth.com/histoire/84431-histoire-russie-epidemies-emeutes

  • Pandémie virale et alcool « thérapeutique »

C’est une conséquence indirecte du coronavirus : sur les réseaux sociaux, des imposteurs ont publié des informations pour affirmer que l’alcool protégeait les gens contre le fléau. Il suffirait de mélanger de l’eau de javel dans de l’alcool industriel pour rendre sa couleur blanche, et le vendre ensuite comme de l’alcool produit localement.

En plus du nombre important des personnes mortes, plus de 1 000 autres ont été empoisonnées à travers le pays, dont certains sont toujours en état grave dans les hôpitaux.

 

http://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20200315-iran-en-pleine-crise-coronavirus-alcool-frelat%C3%A9-cause-plus-120-morts

http://abidjantv.net/afrique-3/iran-pensant-se-proteger-du-coronavirus-ils-absorbent-une-grande-quantite-dalcool-et-meurent/

https://www.nature.com/articles/s41591-020-0820-9

 

  • Pandémie virale et rapports humains

Les médias (presse écrite, télévision…) rapportent régulièrement les nombreux témoignages qui mettent en évidence les nouveaux liens sociaux qui se créent entre voisins (assistance diverse…).

Tous les soirs ce sont aussi les témoignages de reconnaissance vis-à-vis des personnels soignants et de tous les acteurs de secours, infirmiers, médecins, ambulanciers, sapeurs-pompiers…

Mais il y a aussi des contemporains des comportements de rejet motivés par la crainte d’une contamination « de voisinage », quelques exemples :

En Seine-et-Marne, un voisin réclame d’une infirmière qu’elle quitte son domicile https://www.lexpress.fr/actualite/societe/en-seine-et-marne-un-voisin-reclame-d-une-infirmiere-qu-elle-quitte-son-domicile_2122077.html

Une aide-soignante priée par ses voisins de « se loger ailleurs » par peur du coronavirus.

https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Par-peur-du-coronavirus-des-voisins-demandent-a-une-aide-soignante-de-se-loger-ailleurs-1680004

La solidarité n’est pas la même partout, en témoignent certains mots, trouvés par des infirmiers et personnels soignant, les priant de se « garer plus loin » ou de « vivre ailleurs », car ils ont plus de risque d’être contaminés.

https://www.midilibre.fr/2020/03/26/mots-sur-les-pare-brise-les-portes-des-infirmiers-pries-de-vivre-ailleurs-par-leur-voisinage,8819607.phphttps://www.midilibre.fr/2020/03/26/mots-sur-les-pare-brise-le

 

  • Pandémie virale et famine ?

Comme dans d’autres pays le confinement pose des problèmes très particuliers spécifiques au statut antérieur des populations ciblées.

En Inde c’est le problème de l’alimentation lié à l’interruption du travail :

« Une autre question se pose : comment la liste de mesures de protection contre la contamination peut-elle être respectée ? Notamment l’imposition de la règle de la distance sociale ne s’avère guère très praticable. Au nom de la capitale Delhi, par exemple 36 000 personnes habitent au kilomètre carré.

Des millions de personnes n’auront pas la perspective d’avoir un revenu jusqu’au mois mi-avril 2020.

De nombreuses personnes risquent de ne plus rien avoir à manger dans quelques jours.

Environ 90 % des travailleurs indiens sont actifs dans le secteur informel et gagnent leur vie comme journalier sans aucune assurance…

,https://www.chretiens.info/religions/christianisme/chretiens/chretiens-en-inde/le-confinement-preoccupe-les-chretiens-en-inde/2020/03/31/22/27/

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/coronavirus-lasie-risque-une-explosion-de-la-pauvrete-119049https://www.lese

 

Conclusions

 

Le concept de « mort- kilomètre » utilisé dans le journalisme depuis plusieurs décennies est-il applicable à la situation mondiale liée à la pandémie du coronavirus ?

En moins de 20 ans les technologies de communication, d’information ont considérablement changé à la fois au plan quantitatif que qualitatif : Web, réseaux sociaux innombrables….

Pour autant ces évolutions à la fois technologiques et sociétales peuvent-elles être utiles actuellement dans le domaine de l’objectivité, du réalisme opérationnel dans la gestion ce cette crise

internationale ?

 

 

C’est arrivé un 31 mars.

 

  • France : 31 mars 1883, catastrophe de Marnaval à Saint-Dizier, explosion d’une à vapeur, bilan de 30 morts et plus de 60 blessés.
  • France : 31 mars 1889 : la Tour Eiffel est inaugurée à Paris. Bâti en un peu plus de deux ans pour l’exposition universelle, l’édifice de Gustave Eiffel, culminant à plus de 300 mètres, restera le plus haut du monde jusqu’en 1930.
  • Mexique : 31 mars 1986, catastrophe aérienne, le vol 940 Mexicana s’écrase après son décollage, bilan 167 morts
  • Colombie : 31 mars 2017, une coulée de boue atteint la ville de Mocoa, bilan de 300 morts, une centaine de disparus et plus de 300 blessés.

 

 

 

 

 

 

René Noto